iDorian
Constantine

Le problème avec les gens intelligents

Dans un article récent du Business Insider, un journaliste s’est penché sur un billet de blog d’un employé de Google, qui relate la perversion d’un système axé sur l’excellence et la concentration des élites, puis ses dérives quant à l’isolation et la perte de repères de l’élite qui le compose.

Malgré un respect et une admiration sans faille pour Google, Avery Pennarun exprime ce qui – pour moi – symbolise le fardeau que porte quotidiennement les gens intelligents : «les gens intelligents ont un comportement problématique, surtout quand vous les mettez dans des groupes assez larges. Ce problème, c’est la capacité à rationnaliser de manière convaincante à peu près tout».

Du fait de la propension à évoluer dans des univers foncièrement logiques, le raisonnement finit par en pâtir : refus catégorique de la réalité du monde, pourtant basé sur le chaos, très incertain et incontrôlable, où rien n’est à 100% rationnel ni logique.

Selon Avery Pennarun, les gens «trop» intelligents sont maudits : un excès indéniable de confiance en eux; ils ont réussi, ils sont brillants et rien ne les oblige à se confronter au monde tel qu’il est, ni à admettre leurs erreurs. Un signe avant-coureur de la chute des Empires, s’il on s’en réfère à l’Histoire…

 L’excès de rationnel amène à l’irrationnel

Les pensées irrationnelles sont le lot de chaque individu, et l’intelligence n’en constitue en rien une immunité. Ces pensées se manifestent généralement par l’expression de ressentis et/ou de répugnance. Parfois, elles sont basées sur des mécanismes internes de défense que nous développons afin de diminuer sa colère, dans le but d’éviter d’admettre la vérité en ce qui nous concerne, ou d’affronter les circonstances. Si l’on s’impose des attentes strictes liées à un problème personnel ou social, la pensée irrationnelle est susceptible d’s’y immiscer, et toutes les parties concernées seront affectées par une forme de douleur émotionnelle inutile.

La perception passionnée d’un événement vécu par une personne en détresse peut sembler fou du point de vue externe. Malgré tout, l’expression de cette folie s’explique simplement par la somme de stress et de la pensée irrationnelle. Ces pensées permettent à l’incriminé en difficulté de se positionner en tant que victime tout en évitant toute responsabilité de la situation.

Il suffit d’apprendre à briser ce processus de pensée négative momentanée, afin de parvenir à une forme de stabilité continue, dans la vie et dans les relations.

Rien de tel qu’un exemple parlant pour se positionner et savoir travailler sur soi :

–        « L’erreur n’est pas admissible. Si j’en commets une, cela signifie que je suis incompétent. »

–        « Lorsque quelqu’un n’est pas d’accord avec moi, c’est forcément une attaque personnelle. »

–        « Pour être complet dans ma vie, je dois être aimé par tout le monde. »

–        « Ce que je vaux en tant qu’individu dépend de ce que pensent les autres à mon égard. «

–        « Si je ne m’investis pas à 100% dans une relation intime, alors je peux me considérer comme étant seul. »

–        « Il n’y a pas de zone grise. Le succès est noir et l’échec est blanc. »

–        « Rien ne se passe jamais comme je le prévois. »

–        « Si la résultante n’est pas absolument parfaite, alors c’est un échec. »

–        « J’ai le contrôle absolu sur ma vie. Si quelque chose de négatif arrive, je ne peux m’en prendre qu’à moi. »

–        « Le passé ne peut que se répéter. Si ça s’est avéré vrai, ça l’est encore aujourd’hui. «

Ta vie sera bien plus productive si tu apprends à éviter de penser de manière négative, voir tout court.

D’autant plus que le référentiel susnommé n’est que professionnel. Lorsque la dimension sociale ou sentimentale s’en mêle, il ne reste plus qu’à lâcher-prise, et ça, c’est encore une autre histoire…

« Reason is immortal, all else mortal. » – Pythagoras

L'auteur : iDorian

Ce monde, tel qu’il est fait, n’est pas supportable. J’ai donc besoin de la lune, ou du bonheur, ou de l’immortalité, de quelque chose qui soit dément peut-être, mais qui ne soit pas de ce monde.