iDorian
Living Staircase

L’escalier vivant : quand la nature s’empare de l’architecture

Afin de transformer de manière novatrice une simple colimaçon central, pour qu’il devienne bien plus que la liaison entre deux étages, un designer britannique a imaginé l’escalier vivant, une merveille architecturale, 100% verte.

Chargé de développer le coeur des bureaux créatifs d’Ampersand (Soho, Londres), Paul Cocksedge (ça ne s’invente pas) s’est attelé à la réalisation d’une structure en colimaçon, alliant la fonction pure d’escalier à celle d’un jardin d’intérieur. L’intégration de plantes vertes sur la balustrade offre à la fois un espace vert décoratif, mais permet aussi de diversifier l’environnement social, en encourageant les collaborateurs à contribuer à leur jungle intérieure.

La balustrade fait fonction de jardin potager collaboratif. En disséquant la structure de l’escalier, le designer britannique tend a éliminer le traditionnel et massif pillier central, afin de révéler un espace ouvert, organisé autour de multipes plateformes. Ces espaces dévoilent le coeur de la formation hélicoïdale, et se dévouent chacun à leur tour à diverses activités, de la zone de dessin, à celle de la lecture, en passant par celle de la récolte de feuilles de menthe.

Comme l’explique Cocksedge : « l’escalier vivant » est en fait une combinaison de marches et de pièces, entre mouvement et immobilisme, à la fois verticale et horizontale. A chaque détour, il y a une opportunité de s’arrêter pour observer, sentir, lire, écrire, parler, rencontrer et contempler. Même si la fonction première de l’escalier reste intacte (aller d’un point A un point B), un tout nouveau monde, vivant et odorant, s’immisce entre les deux.

paul-cocksedge-living-staircase-designboom-07

L'auteur : iDorian

Ce monde, tel qu’il est fait, n’est pas supportable. J’ai donc besoin de la lune, ou du bonheur, ou de l’immortalité, de quelque chose qui soit dément peut-être, mais qui ne soit pas de ce monde.