iDorian
iPhone 5C

Pourquoi la coque de l’iPhone 5C est une connerie confondante

Apple continue décidément sa lente agonie. Jadis pionnier de l’innovation et du design, la firme de Cupertino accouche de plus en plus de monstruosités. Dernière en date : l’iPhone 5C, et plus particulièrement son indescriptible coque.

Depuis quelques mois, les diarrhées graphiques s’enchainent à un rythme effréné. D’abord l’interface de la Ouya, ensuite la très discutable Smartwatch de Samsung. Puis récemment le nouveau logo de Yahoo (sans oublier celui de Bing). Et voilà que débarque la coque de protection de l’iPhone 5C !

Donc on va pas se mentir, dès le premier regard, gros flashback en perspective : Apple a racheté le jeu de société de notre enfance, le fameux Puissance 4. Frôlant la syncope, je tente néanmoins de comprendre pourquoi. Apparemment, le marketing essaie de subdiviser sa gamme, avec un pied bien ancré dans le luxe et l’austère (iPhone 5S), et l’autre qui part en sucette, pour se diriger vers une dimension ludique, colorée. Quoi de mieux que de taper dans le design des années 70 pour ça ? On ressort donc volontiers les tendances rétro, qu’on essaie de nous vendre comme nouveauté : du matériel noble – le polypropylène – de la grosse couleur bien criarde, et une vieille grille géométrique trouée.

Coque iPhone 5C

Alors ma question est la suivante : Jony Ive, putain, à quoi tu carbures ? J’en veux ! Je l’imagine un après-midi, jouant à Puissance 4 avec sa fille, quand soudain, l’inspiration le frappe : « du polypropylène, du flashy et des trous… ceci est une innovation ! ». Je vous passe bien sûr la scène qui lui a inspirée iOS 7, puisque vous pouvez la retrouver ici.

Cependant je ne comprends juste pas. Apple est connu pour sa rigueur et son processus de tests itératifs. Pour chaque produit finalisé, des centaines de prototypes sont sauvagement sacrifiés, parfois pour des détails minimes. Partant de là, comment une bouse graphique telle qu’un morceau de gruyère croisé avec un Stabilo peut se retrouver en prod’ ? Comment ?

Je te vois venir petit canaillou, tu vas me dire que le design est subjectif, qu’on peut aimer ou pas… Sache tout d’abord que certaines règles encadrent le design, qu’on le veuille ou non. Ensuite, la notion du Beau est universelle. Mais soit. Ce qui me dérange le plus n’est pas forcément la couleur ou les trous, c’est bien plus compliqué.

Sur le dos de chaque iPhone, quel qu’il soit, Apple y grave du texte. D’abord le mot « iPhone », en grosses lettres (des fois qu’on ne se rappelle plus). Ensuite, plus bas, figure la quantité de mémoire du terminal, dans un joli rectangle à bords arrondis. Puis dessus, la fameuse appellation « Designed by Apple in California » (sachant qu’il manque la suite : « and made in Taiwan by children »). Enfin vient le jargon légal, numéro de série, FCC et j’en passe.

Mais voilà le gros soucis : si la coque du 5C cachait l’intégralité des mentions listées ci-dessus, je pense que je n’aurai même pas écrit un article. Si, a contrario, une fenêtre avait été découpée dans la coque pour les faire apparaitre, j’aurais applaudi des deux mains. Et si, en inversant la grille en partant du haut au lieu du bas, ça aurait pu passer. Alors POURQUOI avoir fait le choix de n’exposer qu’une partie du mot « iPhone » ?

NON

Regardez de plus près. Seulement trois lettres sont visibles. Aucun effort pour, soit, redimensionner/déplacer le texte, soit redimensionner/déplacer la grille. Donc en gros, quand je fous une coque sur mon 5C, je ne possède plus un « iPhone » mais un « non ». Et c’est exactement la réponse qu’un putain de designer aurait du dire à Ive : NON Jony, PUTAIN DE NON !

Je suis quasiment certain qu’Apple n’a même pas été conscient de ce problème durant la phase de création. Pourquoi ? Parce que l’iPhone et sa coque ont été créés séparément. Tu ne peux juste pas passer à côté, surtout quand tu t’appelles Apple. Le pire dans tout ça ? Le respect des standards. On fout sciemment en l’air un équilibre, et les ventes n’en pâtiront même pas (les pisseuses du lycée se jetereont sur le flashy, tandis que la majorité des gens ne le remarqueront même pas). Mais imaginez votre iMac, avec la Pomme mal foutue, décalée et tordue. Bosser 10 heures de rang avec une connerie graphique en face de moi, même pas en rêve. Il en va de même pour l’iPhone. Même si c’est sur le dos, même si 90% du temps ce sera occulté. C’est une connerie.

Et je finis par le comble du comble. Dans le même délire que les gravures sur la Freebox Révolution, qui attrapent mieux la poussière qu’une armada de balais Swiffer. Après quelques semaines d’usage, la coque Leerdammer va laisser grosses traces d’usure en lieu et place de la grille : résidus, décoloration et j’en passe. Donc 30 boules pour arborer un crime contre l’humanité, pour ruiner les 600 boules d’un iPhone recyclé, j’ai envie de te dire : NON, exactement comme ce que tu affiches à travers ton trou.

L'auteur : iDorian

Ce monde, tel qu’il est fait, n’est pas supportable. J’ai donc besoin de la lune, ou du bonheur, ou de l’immortalité, de quelque chose qui soit dément peut-être, mais qui ne soit pas de ce monde.