iDorian
Stan

Un jour, un artiste : Stan, entre HDR et MAO

Chaque semaine, je vous propose de découvrir en exclusivité un artiste exceptionnel qui évolue dans le monde de l’infographie, de l’illustration, du webdesign ou du print. À travers une interview décalée, vous aurez l’opportunité de partager son univers, ses astuces et ses projets.

Cette semaine, je vous propose une immersion dans la photographie HDR, aux côtés de Stan, qui nous guidera dans une pléthore d’univers. Du jeu vidéo au métal, en passant par Disney, cette nouvelle édition de 1J1A ne décevra pas !

– Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Stan, et je pratique le design graphique depuis peu. J’adore tout ce qui touche à l’imaginaire, en particulier l’ambiance des parcs à thème Disney (à tel point que j’ai souhaité en faire une « spécialité »).

– Quelle est ta spécialité ?

Je me suis intéressé à la technique photo du HDR (High Dynamic Range) assez tôt à travers les oeuvres des autres, mais je me suis vraiment lancé dans l’image il y a un peu plus d’un an.  En parallèle, cela fait 5 ans que je fais de la musique en groupe, et depuis peu j’ai pris goût à la composition de MAO (Musique Assistée par Ordinateur). J’ai toujours trouvé ça marrant d’avoir un orchestre de 120 personnes dans ma tour PC…

Pour ce qui est du parcours plus scolaire, j’ai passé 2 ans à étudier la psycho avant de me décider à faire réellement une école d’art. J’entre donc dans l’école de Condé de Paris au mois de septembre.

– Quelles sont tes principales sources d’inspiration ? Tes influences ?

L’inspiration est toujours ce qui est le plus dur à trouver pour moi, mais une fois que je l’ai je ne la lâche plus. Je la trouve dans des domaines assez variés : par exemple, il a suffi d’un rayon de soleil qui éclaire d’une certaine manière mes draps pour en faire un Grand Canyon.

Dans le domaine du visuel, et plus particulièrement le jeu vidéo, j’aime beaucoup m’inspirer des univers de Ken Levine (Bioshock, System Shock 2…). Et bien sûr, il y a Walt Disney, un grand visionnaire dans le domaine de l’art.

Mais si je devais ne choisir qu’une unique source, je dirai qu’elle se trouve dans la musique, avec des compositeurs tels que Thomas Bergersen (Two Steps From Hell) ou Tuomas Holopainen (Nightwish). Leurs musiques sont remarquables et en écouter ne serait-ce qu’une minute permet de se transporter dans un autre monde.

– Quels sont tes outils principaux ? Plutôt papier/crayon, tablette/plume, ou les deux ?

Je dirai plus tout numérique, car je ne sais absolument pas dessiner. Je prends une photo, je la retouche au niveau des couleurs si besoin est, je corrige quelques défauts mais ça s’arrête là pour ce qui est du coup de pinceau. J’ai certes fait quelques esquisses de vaisseaux vue de profil, mais cela s’apparente plus à des concepts qu’autre chose.

– Quels sont tes projets actuels ?

Je travaille actuellement avec One More Minute depuis décembre 2012. Il s’agit d’un studio basé principalement sur des travaux visuels qui touchent les parcs Disney (photos, vidéos etc…) utilisant la technique du HDR, même si on compte à l’avenir exposer des endroits différents mais suscitant tout autant l’imagination. J’ai également un groupe de musique amateur pour lequel je compose.

– Le projet dont tu es le plus fier ?

Dans l’ensemble je suis fier de chacun de mes projets (heureusement). Mais celui qui s’élève au-dessus des autres dans le classement, c’est d’avoir contribué à créer One More Minute avec un ami,  Arthur, et d’avoir intéressé une petite communauté à nos travaux. Chaque réaction de la part des gens est une grande source de fierté pour nous. Je suis également très fier d’avoir réussi à répondre à cette interview en moins d’un mois, indécis comme je suis.

– Un conseil pour les artistes en herbe ?

Je suis moi-même un artiste en herbe, alors je donnerai le conseil que je m’applique : « Pour réaliser une chose vraiment extraordinaire, commencez par la rêver. Ensuite réveillez-vous calmement et allez d’un trait jusqu’au bout de votre rêve sans jamais vous laisser décourager. » – Walt Disney.

– Le mot de la fin ?

Déjà un grand merci à toi iDorian pour ton intérêt, et merci également à tous ceux qui suivent les travaux que je fais, ou que l’on fait via One More Minute.

L'auteur : iDorian

Ce monde, tel qu’il est fait, n’est pas supportable. J’ai donc besoin de la lune, ou du bonheur, ou de l’immortalité, de quelque chose qui soit dément peut-être, mais qui ne soit pas de ce monde.