iDorian
Main Street Graphics

Un jour, un artiste : Phillis Brooks, Creative Director chez Main Street Graphics

Chaque semaine, je vous propose de découvrir en exclusivité un artiste exceptionnel qui évolue dans le monde de l’infographie, de l’illustration, du webdesign ou du print. À travers une interview décalée, vous aurez l’opportunité de partager son univers, ses astuces et ses projets.

Pour cette sixième édition, j’ai traversé les océans pour aller à Venice, un quartier huppé de la banlieue ouest de Los Angeles (où je déménage dans quelques mois !). J’ai eu l’immense honneur de rencontrer Phillis Brooks, talentueuse graphiste print&web qui possède sa propre agence, et qui a eu la chance de travailler avec les grands noms de l’industrie US ! Elle nous fait l’honneur de prendre quelques minutes pour nous présenter son parcours, et nous donner quelques conseils de vétéran… C’est parti !

L’interview originale étant dans la langue de Shakespeare, et sachant que mes petits lecteurs ne sont pas des grands fans de l’anglais, je me suis permis de la traduire. Sachez cependant que l’original sera publié sur mon portfolio anglais dans quelques jours !

– Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Phillis Stacy-Brooks, Creative Director au sein de mon agence « Main Street Graphics« . Parallèlement, je suis également maman de deux jumeaux de 11 ans : Ethan & Dylan, sans oublier Michael, qui travaille à mes côtés en tant qu’Art Director. Je suis passionné par la photographie, la typographie et… mon p’tit chien, Austin !

– Quel est ton parcours ? Ta spécialité ?

Mon agence est spécialisée dans le branding et l’identité visuelle. Ce que j’aime particulièrement : créer une marque qui représente vraiment l’entreprise, son but, ses valeurs et sa philosophie. J’aime le fait de pouvoir constater qu’une entreprise évolue de jour en jour à mes côtés, pour finalement prendre son envol avec un tout nouvel aspect.

En ce qui me concerne, j’ai eu l’immense honneur de travailler avec les poids-lourds de l’industrie américaine, tels que Walt Disney Studio, Lexus, Toyota Motor Sales, Oakland Athletics, Universal Studios ou encore l’Université de Californie, pour ne citer qu’eux.

Chaque client, quel qu’il soit, m’a apporté une nouvelle expérience et m’a permise de me dépasser pour devenir ce que je suis : une meilleure designer, Creative Director et consultante Marketing.

– Quelles sont tes principales sources d’inspiration ? Tes influences ?

D’un côté, Internet, indubitablement. Rester au courant de tout ce qui se passe, et ce, dans le monde entier, est juste extraordinaire. D’un autre côté, rien n’est aussi agréable que de visiter un musée à Los Angeles, à New-York ou partout ailleurs. Les couleurs jouent également un grand rôle dans mes influences. J’adore travailler avec beaucoup de couleurs, sans oublier la photographie.

– Plutôt papier/crayon, tout numérique ou les deux ?

Personnellement, je carbure uniquement au tout numérique. Pour moi, c’est la seule manière assez rapide pour effectuez quoique ce soit : du brainstorming, à l’idée, à la création pure.

– Quels sont tes projets actuels ?

En ce moment, je travaille simultanément sur trois nouveaux sites web, une refonte de catalogue, deux identités visuelles, un nouveau blog ainsi qu’un programme évènementiel.  En outre, je développe un nouveau programme destiné à ma clientèle, intitulé « Introduction aux Médias Sociaux », afin d’aider les entreprises à se lancer dans l’arène du Social Media. Il me tarde d’ailleurs que se programme soit abouti !

– Le projet dont tu es la plus fière ?

Très probablement, un coffee table book (livre relié) que j’avais designé pour Lexus. Principalement parce qu’ils nous ont fait confiance de bout en bout. C’était un projet énorme, énormément coûteux. Il incluait photographie, cropywriting, print, packaging… Mike et moi avons mené ce projet à deux seulement, le résultat était époustouflant et a eu un succès fou au sein de Lexus !

– Un conseil pour les artistes en herbe ?

Lorsque vous facturez, basez-vous sur ce que vaut votre travail, pas sur ce que le client souhaite payer ! Ne bradez jamais votre travail, et ne travaillez pas pour les spec’ (NDLR: le « speculative work » est un aspect professionnel dans le monde du design ou les clients reçoivent plusieurs travaux d’artistes, pour n’en choisir qu’un au final. Une pratique de plus en plus dénoncée de nos jours, de par sa débilité profonde.) ! Si vous n’êtes pas capable d’évaluer votre travail comme il se doit, personne d’autre ne le pourra. Cela m’a pris un temps fou pour le comprendre et l’admettre d’ailleurs.

– Le mot de la fin ?

Ne perdez jamais de vue la passion ! Si vous n’aimez pas ce que vous faîtes, il est temps de changer de métier ! N’oubliez d’ailleurs pas de me suivre sur Twitter, Facebook et via mon site !

L'auteur : iDorian

Ce monde, tel qu’il est fait, n’est pas supportable. J’ai donc besoin de la lune, ou du bonheur, ou de l’immortalité, de quelque chose qui soit dément peut-être, mais qui ne soit pas de ce monde.

  • Phillis

    Thank you!