Un blogueur attaqué en diffamation pour avoir relaté des faits

Un blogueur attaqué en diffamation pour avoir relaté des faits

Rien ne vaut un clash de fin de soirée pour bien terminer la journée. En effet, depuis quelques heures, la twittosphère s’enflamme autour du hashtag #TeamCyroul, pour dénoncer les pratiques obscures d’une agence de communication, qui s’attaque de manière assez lâche à une enquête de fond réalisée par un blogueur.

Il est rare qu’un hashtag français fasse la une des trending topics sur Twitter, et pourtant, c’est bien le cas depuis quelques heures ! Très sincèrement, je ne m’attache que très rarement au mainstream, mais qui pourrait passer à côté d’un clash à l’encontre de l’agence Fred&Farid ?

Il était une fois :

Il y a de cela quelques mois (le 16 décembre 2011, très précisément), un blogueur du nom de Cyroul, spécialisé dans la stratégie online, publiait un article intitulé : Fred&Farid font du mass following de bots pour jouer les influents. Véritable dossier de fond, illustré et recherché, le papier met en lumière les pratiques douteuses d’une agence « trendy » qui tente d’acquérir de l’influence sur le réseau social Twitter.

Connaissant le background de l’agence Fred&Farid, d’une humilité à toute épreuve, aux opé’ marketing transcendantes (trop d’ironie, tue l’ironie), l’article a fait l’effet d’une bombe, avec au compteur plus de 2300 tweets, 2000 mentions « j’aime » et 140 « +1″.

Près de 3 mois après la publication, @Cyroultwit, l’auteur du post, partage une mise en demeure reçue par son hébergeur web, lui demandant de retirer l’article (mise en demeure provenant du cabinet « Péchenard et Associés« , situé à Paris, selon des précisions accessibles ici). Les pourfendeurs de la liberté se sont donc ligués contre cette ignominie, et voilà qu’est né le mot-clef #TeamCyroul, en soutien à l’auteur, qui n’a fait que relater des faits, preuves à l’appui.

Un bad buzz très mal géré :

Comble de l’ironie, la communication autour de ce bad buzz a été géré de manière pitoyable de la part de Fred&Farid (qui je le rappelle, sont spécialistes de la communication). Après le petit accroc il y a quelques mois avec l’agence concurrente Publicis (ou finalement Fred&Farid ont été victime du phénomène de l’arroseur arrosé), c’est un nouveau coup dur pour la boîte, qui a choisi la voie de la négation en blocs.

L‘effet Streisand n’a déjà pas aidé : l’affaire a été ébruité jusqu’à devenir un trending topic mondial (et il en faut), par des twittos acharnés, mus par diverses raisons (principes pour les uns, vengeance pour les autres). Et ce qu’il ne fallait pas faire a été fait : nier les faits de manière assez grossière sur Facebook, et se faire prendre de volée par le peuple déchaîné, et par l’auteur incriminé qui a (encore une fois), des preuves de ce qu’il avance.

Morale et best-of :

Très sincèrement, je ne vais pas tirer gratuitement sur Fred&Farid, même si ce n’est pas l’envie qui m’en manque. Toujours est-il que sur le web, personne n’est intouchable, et rien ne s’oublie. Le nombrilisme et le (bad) marketing à outrance finissent toujours par se transformer en bad buzz, qu’on le veuille ou non.

Quid de la liberté d’expression ? Cyroul a fait son boulot en connaissance de cause : il a mis en lumière des pratiques déloyales, qui prouvent la lâcheté commerciale de l’agence. Après, à jouer avec le feu, on se brûle forcément les doigts. Attaquer Fred&Farid de front, c’était forcément s’exposer à un retour dans la gueule… par voie juridique (très lâche, pas du tout sur le même registre, et hors de tout propos).

Et la petite leçon pour les markéteux et les community managers ? Restez authentiques, peu importe la taille de votre communauté. Mieux vaut 50 fans impliqués, que 8000 abonnés artificiels (dont la moitié ont une origine doublement douteuse).

Et pour finir sur une note un peu plus légère, le best-of de l’affaire Fred&Farid VS Cyroul en un tweet :

 

L'auteur : iDorian

Ce monde, tel qu’il est fait, n’est pas supportable. J’ai donc besoin de la lune, ou du bonheur, ou de l’immortalité, de quelque chose qui soit dément peut-être, mais qui ne soit pas de ce monde.

  • 8
  • 4