iDorian
L’ocytocine, la nouvelle arme secrète pour vaincre efficacement la timidité

L’ocytocine, la nouvelle arme secrète pour vaincre efficacement la timidité

Non, l’ocytocine n’est pas le titre d’un nouveau son viral venu tout droit des blanches contrées d’Estonie, mais bien le nom d’une hormone naturelle qui impacterait nos rapports sociaux. Selon de récentes études, un spray nasal pourrait être prochainement commercialisé afin de venir en aide aux timides que nous sommes, et ce, de manière radicale. Enquête.

Bien que les geeks que nous sommes frôlons quotidiennement les frontières de la perfection (et de la modestie, ahem), nous avons nous aussi nos petites faiblesses. La timidité est aux geeks ce que la cryptonite est à Super Man, et à moins de se prendre en main en se jettant à corps perdu dans la jungle sociale, il n’existait pas vraiment de solutions miracles… jusqu’à aujourd’hui !

Après mon étude des 30 inventions qui vont nous changer la vie dans les prochaines années à venir, j’en ai récemment découvert une nouvelle qui pourrait s’avérer utile ! Dans une récente édition de Psychopharmacology, une revue scientifique dédiée à l’étude des produits psychotropes, l’Université Concordia de Montréal a publié une étude selon laquelle l’absorption nasale  d’ocytocine améliorerait de manière significative la perception que l’on a de soi en société.

Petite parenthèse pour briller en soirée chez des amis : l’ocytocine ou (aussi appelée oxytocine) est une hormone peptidique synthétisée par les noyaux paraventriculaire et supraoptique de l’hypothalamus et sécrétée par l’hypophyse postérieure, la neurohypophyse. En français, c’est une substance naturelle principalement sécrétée lors des rapports sociaux (ou lors de l’accouchement). Elle favoriserait grandement les contacts humains et garantirait une meilleur coopération.

Une étude pleine de surprise

Dans une interview publiée sur le site de l’EuropaPress, les chercheurs de l’Université Concordia nous en apprennent un peu plus sur le résultat de leur étude :

«Nos travaux montrent que l’ocytocine peut modifier la manière dont les gens se perçoivent et accroître leur sociabilité. […] Sous l’effet de l’ocytocine, certaines personnes deviennent plus extraverties, plus ouvertes aux idées nouvelles et plus confiantes».

L’échantillon de cette étude se résume en une centaine d’hommes et de femmes âgés de 18 à 35 ans. Les critères d’admissibilité étant assez simples :  les participants ne devaient ni fumer, ni prendre de médicaments, ni souffrir (ou avoir souffert) d’un trouble mental, ni consommer de drogues récréatives (ce qui est hautement compréhensible vu les effets de nos amis les champignons).

«Les participants qui se sont autoadministrés de l’ocytocine par voie intranasale ont obtenu des scores supérieurs –sur le plan de l’extraversion et de l’ouverture aux expériences nouvelles– à ceux qui ont pris un placebo», explique l’auteur principal de l’étude, Christopher Cardoso, qui précise que «l’administration d’ocytocine a notamment amplifié des traits de personnalité comme la cordialité, la confiance, l’altruisme et l’ouverture».

Effets positifs et effets secondaires

L’étude des effets positifs de l’ocytocine ne porte pas seulement sur l’apport d’un certain confort. Elle fait aussi l’objet d’une éventuelle capacité à la suppression des phobies sociales ou certains cas d’autisme.

Preuve en est : un psychiatre à la faculté de médecine de New York a démontré la capacité étendue de l’ocytocine : des autistes sont parvenus à ressentir à nouveau des émotions suite à une administration par intraveineuse à une quinzaine d’adultes atteints d’autisme. Résultat pour le moins surprenant : tous ont ressenti des sensations de joie, de tristesse ou de colère pendant deux semaines.

Quid des effets secondaires ? Pour le moment, les seuls effets négatifs notables se sont manifestés par de petites irritations nasales chez certaines personnes. Il faudra cependant que l’étude se prolonge pour déceler d’avantage… Alors les geeks, prêts à sniffer ?

L'auteur : iDorian

Ce monde, tel qu’il est fait, n’est pas supportable. J’ai donc besoin de la lune, ou du bonheur, ou de l’immortalité, de quelque chose qui soit dément peut-être, mais qui ne soit pas de ce monde.