iDorian
De la 3D sans lunettes !

De la 3D sans lunettes !

À l’heure où la 3D s’immisce un peu partout, de nombreuses techniques voient (ou revoient) le jour, afin de reproduire l’effet sans utiliser de technologie faisant appel à des périphériques, tels que les fameuses lunettes.

C’est par exemple le cas de la stéréoscopie, qui consiste à reproduire une perception du relief à partir de deux images planes.

Le principe de cette technique est simple : se baser sur le fait que la perception humaine du relief se forme dans le cerveau lorsqu’il reconstitue une seule image à partir de la perception des deux images planes et différentes provenant de chaque œil.

Il existe, pour réaliser ces images, aussi bien que pour les observer, une grande variété de moyens, à la description desquels plusieurs centaines de livres ont été consacrés.

Le résultat est pour le moins bluffant :

Crocodile 3D

Le principe stéréoscopique

La vision stéréoscopique est due, en grande partie, aux neurones binoculaires situés dans le cortex cérébral au niveau des zones spécifiques et primaires du traitement de la vision (Aire V1). Ces neurones binoculaires sont les seuls neurones à recevoir l’influx nerveux de deux neurones homonymes de la rétine via la chaîne neuronale.

Les images gauche et droite du même objet, captées en même temps par les deux rétines, sont acheminées au cortex visuel par les nerfs optiques qui se croisent dans le chiasma optique, ce qui fait qu’elles sont présentes dans des cellules voisines du cortex visuel. David Hubel, prix Nobel de médecine, fait aussi remarquer que les cellules des parties gauche et droite du cortex visuel communiquent aussi par le corps calleux, ce qui contribue au mécanisme de la fusion binoculaire.

Cette double information permet par des mécanismes complexes faisant intervenir d’autres zones du cerveau la perception de l’angle entre l’information visuelle captée par des photorécepteurs d’un œil et ses homologues de l’autre œil permettant de percevoir les reliefs et la distance.

De ce fait, les personnes souffrant de strabisme (mauvaise adaptation des zones de photorécepteurs rétiniens homologues) ou les personnes souffrant d’anopsie sur un œil ont une vision très altérée du relief et de la profondeur.

La vision stéréoscopique est normalement très précise (on apprécie couramment un écart en profondeur de dix centimètres à une distance de dix mètres), de précision inversement proportionnelle à la distance, et limitée en amplitude : on voit difficilement en relief un objet très rapproché ou un objet très éloigné.

La vision stéréoscopique est troublée, sinon empêchée, par divers défauts des images: décalages verticaux, contradictions du relief, excès ou manque de parallaxe X, présence de parallaxe Y, « images fantômes » ou vision atténuée de la vue droite par l’œil gauche et réciproquement, dissymétrie de la luminosité…

L'auteur : iDorian

Ce monde, tel qu’il est fait, n’est pas supportable. J’ai donc besoin de la lune, ou du bonheur, ou de l’immortalité, de quelque chose qui soit dément peut-être, mais qui ne soit pas de ce monde.

  • Han génial ! J’adore l’image, juste dommage que ça bouge…

    • Si ça ne bougeait pas, tu ne verrais pas l’effet 3D ! ;)

  • Ouais je le sais bien ! Faut qu’ils trouvent un moyen de faire de la 3D sans que ça bouge et sans lunettes (non, je ne suis pas exigeant, lol) !

  • Anonymus

    Non c’est vrai ça le fait grave cette image ! Je ne connaissais pas cette technique (ils livreront 2 mecs avec la TV pour nous la faire bouger ?!). Et une cuvette pour les personnes atteintes de « mal de l’air » ?!