iDorian
Widget Booster, un bilan médiocre

Widget Booster, un bilan médiocre

Après plusieurs semaines d’utilisation du Widget Booster, dont j’avais auparavant consacré un article, je réitère mes propos de l’année dernière, lorsque j’étais rédacteur web chez Netz : Widget Booster ne sert à rien !

Cet article a été mis à jour le 26/11/10, à 05:30. Vous pouvez accéder au dernier article en date en suivant ce lien : WidgetBooster, toujours plus près des blogueurs.

Pour éviter que l’on me traite de troll injustement, je vais étayer mon propos, pour être le plus clair et concis possible (auparavant, je vous conseille de lire le premier article, pour bien comprendre de quoi je parle).

Sous couvert d’une communication parfaite, et d’un graphisme attrayant, Widget Booster, et je l’ai déjà mentionné, utilise le principe du webring, que l’on pouvait déjà observer il y a plus de 15 ans sur la blogosphère naissante. Cependant, à l’instar de tous ses congénères, Widget Booster se casse les dents de manière magistrale.

Outre les régies dédiées, comme par exemple celle du manga, où seulement quelques sites sont présents (et par quelques, je pense pouvoir les compter sur les doigts d’une main), et par voie de conséquence, où le widget ne sert à rien, il existe également des régies surpeuplées.

C’est par exemple le cas de la régie Geek Booster, largement utilisée par tous les pseudo geeks qui ont un blog et qui se sentent obligé de retraiter l’actualité high-tech (parfois de manière pitoyable). Cette régie constitue un mélange de sites en tout genre, du design agressif à l’orthographe pitoyable, en passant par les « grands » de la blogosphère, comme Korben, pour ne citer que lui.

Et c’est là que le super principe des « crédits » du widget atteint le comble de l’inutilité. Pour faire court, la régie pub est cernée par un système de crédit : pour afficher vos bannières, vous devez d’abord afficher celles des autres (classique). Mais vous pouvez également gagner des points en utilisant le système de « buzz », qui, sous ce nom débile, cache en fait du linking bête et méchant.

Cependant, tout est basé sur le nombre de visiteurs de votre site (et parallèlement de vos réseaux sociaux, si vous les utilisez) :

  • les « grands » jouissent d’un nombre conséquent de visiteurs, donc, ramassent des crédits à la pelle, en se contentant d’afficher une bannière 150×150 (un grain de sable).
  • tandis que les « petits » blogueurs (qui n’ont que peu de visiteurs), afin d’espérer voir leur flux/bannières publiés, doivent littéralement pourrir leur blog en multipliant les grosses bannières du type 468×60 ou 300×250 (j’en profite pour rappeler au webmasters en carton que le graphisme n’est pas inné, et que lorsque vous dressez une bannière, vous êtes tenu de respecter des codes basiques, afin de ne pas faire vomir ceux qui pourraient éventuellement se faire agresser par cet « élan artistique »).

Bref, tout est donc basé sur ce système de points défaillant, qui, en plus d’être profondément partial, arrive à se surpasser dans le vice avec le système de débit. Comme à la banque, lorsque vous avez trop utilisé de crédit, vous êtes débiteur. Vos points sont alors de l’ordre du négatif, et vous êtes « dans le rouge ». Et Widget Booster, pour bien parfaire son inutilité, bloque l’affichage des bannières lorsque vous êtes débiteur. La boucle est bouclée : vous êtes baisé !

Je précise, en outre, que le peu de visites que vous rapporteront l’affichage de vos bannières et de vos flux se résume à une augmentation folle de votre taux de rebond. Les blogueurs cliquent sur la bannière, scrollent le site en moins de 3 secondes, et passent à autre chose… Comme je le dirai sur Facebook : « J’aime » ! (ironie profonde)

Vous avez compris le principe, je n’ai pas besoin d’en dire plus, sinon que les témoignages de blogueurs de qualités qui ont utilisé (et rapidement lâché ce système) confirmeront mes dires. Grosse déception en perspective, pour la deuxième fois, alors que je m’étais promis de laisser une chance au projet Widget Booster, qui, je le pensais à tort, avait selon moi évolué.

Bonne nouvelle quoiqu’il en soit, la suppression des bannières vous fera gagner de la place sur votre blog, et allégera le design de manière considérable ! Il n’y a pas de problèmes, il n’y a que des solutions.

L'auteur : iDorian

Ce monde, tel qu’il est fait, n’est pas supportable. J’ai donc besoin de la lune, ou du bonheur, ou de l’immortalité, de quelque chose qui soit dément peut-être, mais qui ne soit pas de ce monde.