iDorian
L’anonymat des blogueurs remis en question

L’anonymat des blogueurs remis en question

Dans la série « je suis sénateur et j’essaie désespérément de briller par ma stupidité maladive pour justifier un salaire exorbitant« , je vous présente fièrement le petit frère de Christine Albanel, qui n’est autre que Jean-Louis Masson. Après avoir déjà déposé un amendement censé réguler les dérives des internautes, qui regardent la télévision sur Internet, et […]

Dans la série « je suis sénateur et j’essaie désespérément de briller par ma stupidité maladive pour justifier un salaire exorbitant« , je vous présente fièrement le petit frère de Christine Albanel, qui n’est autre que Jean-Louis Masson.

Après avoir déjà déposé un amendement censé réguler les dérives des internautes, qui regardent la télévision sur Internet, et qui sont exemptés de redevance audiovisuelle, notre cher ami s’attaque désormais aux blogs, et en particulier à ceux qui les animent.

Selon ses propos (d’une profondeur terrifiante, et je cache ma joie) :

« Le blogueur, et plus généralement l’éditeur non professionnel d’un site, est responsable pénalement et civilement des propos qu’il tient sur son blog, mais aussi de l’ensemble des éléments qu’il édite. Toutefois, son identification est beaucoup plus difficile que lorsqu’il s’agit de la diffusion de documents par voie de presse écrite. Qui plus est, pour les modalités de cette identification, le droit en vigueur n’impose pas les mêmes obligations aux blogueurs professionnels et aux blogueurs non professionnels. »

Pour faire court, l’ensemble des utilisateurs utilisant des plateformes comme Blogger, Skyblog, OverBlog (ou même une page Facebook)… devrait être dans l’obligation de communiquer, en toutes circonstances, leur données d’identification : nom, prénom, adresse, téléphone et e-mail.

Je vous invite, avant de vous pencher sur ma réaction (qui ne sera pas piquée de vers), à lire l’excellent article qu’a réalisé PC Inpact.

Mon point de vue :

Je tiens tout d’abord à rappeler à Monsieur Masson, l’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (des fois qu’il l’ait oubliée) :

« Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »

Ne serait-ce qu’avec ça, son amendement ne vaut rien (Hadopi non plus d’ailleurs, ni un paquet d’autres lois françaises liberticides.

En outre, en tant que sénateur UMP, ses propositions de lois se devraient d’être un peu plus axées sur la réalité socio-économique du pays, largement affecté, plutôt que de constituer une vengeance notoire, parce que son nom a été sali sur un blog lambda, ou celui de l’un de ses camarades de jeu.

Même si le projet a peu de chance d’aboutir (tiens, ça me rappelle Hadopi), l’amendement n’est qu’un nouvel exemple affligeant de ce que devient la liberté en France, qu’on appelait jadis « pays des droits de l’homme »

Ils en parlent aussi :

L'auteur : iDorian

Ce monde, tel qu’il est fait, n’est pas supportable. J’ai donc besoin de la lune, ou du bonheur, ou de l’immortalité, de quelque chose qui soit dément peut-être, mais qui ne soit pas de ce monde.

  • Soucix

    Juste une réponse pour dire « No comment » : c’est affligeant que ça soit des gens comme ça qui nous gouvernent…